Contact

mail@gemini-theme.com
+ 001 0231 123 32

Follow

Info

All demo content is for sample purposes only, intended to represent a live site. Please use the RocketLauncher to install an equivalent of the demo, all images will be replaced with sample images.


Une leçon de chant français

Si un amateur d’opéra de mauvaise humeur (à Dieu ne plaise !) s'inquiétait de savoir en quoiRenée Doria
consiste l'activité d'un critique musical spécialisé dans l’art lyrique, peut-être le présenterait-il
comme un être étrange dont l’enthousiasme ne s’éveille que lorsque l’objet de son admiration vient
de rendre l'âme. Pendant la plus ou moins longue retraite du défunt, il se sera parfois peu soucié
d’aller recueillir auprès de lui quelques confidences sur son art et sa façon d'aborder les rôles qu'il
aura interprétés. Autant de témoignages précieux pour les futures générations d'artistes et de
mélomanes, trop souvent ignorantes des mérites de l'école de chant française.

La faute en revient àun certain snobisme anti-hexagonal qui valorise tout ce qui vient d'ailleurs.
Plus encore, l'absencede rééditions de disques lyriques gravés par nos chanteurs nationaux dans
les années 1930 – 60, est préjudiciable à la connaissance de ces artistes à l'extérieur de nos frontières.
L'Allemagne et l'Angleterre sont plus soucieuces de préserver la mémoire de leur passé lyrique.

Aussi sommes-nous presque surpris par le nombre d’articles parus à l’annonce du décès de Renée Doria,
tant cette cantatrice semblait oubliée. Puisse cet engouement apparent présager de prochaines rééditions
discographiques.

La soprano nous a quittés le 6 mars 2021, quelques semaines après avoir atteint, le 13 février, son
centième anniversaire. Elle suit de près Andréa Guiot, disparue le 15 février dernier, à 93 ans. C’est
toute une génération de chanteurs lyriques français qui s’éteint en moins d’un an, après les décès de
Gabriel Bacquier et de Mady Mesplé, en mai 2020. Tous ces artistes avaient vu le jour dans le Midi
de la France - à Perpignan pour Renée Doria -, c’est-à-dire dans ces régions où l’on chante aussi
naturellement que l'on respire.

Née dans une famille de musiciens, elle développa ses dons par des études musicales très complètes
(piano, solfège, harmonie) avant de privilégier le chant. Elle bénéficia des leçons de chanteurs
célèbres - Maria Barrientos, Lucien Muratore et Vanni-Marcoux -, héritiers de l'école de chant du
XIXe siècle dont elle va chanter les œuvres des grands compositeurs lyriques, français et italiens,
ces derniers en traduction française, bien qu'elle maîtrisât quatre langues. Au cours d'une carrière de
presque quarante années, elle aura chanté 76 rôles à la scène et 125 à la radio (à l'époque, les
prestations sont diffusées en direct), pour un total d'environ 2 500 représentations et concerts.

Dès l'âge de dix-huit ans, elle se produit à Cannes dont le casino était alors connu pour la qualité de
ses spectacles lyriques, et à Monte-Carlo. Sa première prise de rôle sur scène, dans un opéra, a lieu
à Marseille, le 18 janvier 1942, avec la Rosine du Barbier de Séville de Rossini, réservé à cette
époque à des sopranos légers coloratures. Son triomphe est tel qu'on lui propose de remplacer au
pied levé une cantatrice malade, dans l'Olympia des Contes d'Hoffmann. Lyon, Toulouse l'appellent
et bientôt Paris. Elle y arrive avant la fin de la guerre et chante Lakmé, d'abord à la Gaîté-Lyrique
dont elle dira que la salle était verte, car le parterre était occupé par des officiers allemands, puis à
l'Opéra-comique, le 20 octobre 1944. Reynaldo Hann, qui l'avait entendue à Cannes, l'engage au
Palais-Garnier dont il est devenu le directeur à la fin de la guerre, pour incarner, le 4 janvier 1947,
la Reine de la Nuit, rôle qu'elle n'appréciait guère.



Le nombre d'ouvrages qu'elle interprète est impressionnant tant par la quantité que par les
difficultés vocales qu'ils réservent à la soprano : Gilda, Lucia, Norina, Fiordiligi, Olympia, Manon
(Massenet), Leïla, Philine dans la Mignon d'Ambroise Thomas dont elle assure la deux millième à
l’Opéra-comique en 1955, et du même compositeur, l'Ophélie d'Hamlet. Il faut ajouter Philémon et
Baucis de Gounod, Les Indes galantes - dont elle assumait, parfois d'un jour à l'autre, les rôles
d'Hébé ou de Fatime -, Gwendoline de Chabrier, L’Ambassadrice d’Auber, Le Comte Ory de
Rossini. Sans oublier Rigoletto (Gilda, 1955), La Traviata (Violetta, 1956), Le Chevalier à la
rose (Sophie, 1957) et Thaïs, dont elle couronnait l'air du miroir d'un superbe contre-fa. 
Au nombre important de rôles à son répertoire, il faut ajouter la multiplicité des lieux où la
cantatrice se produit. En dehors de la France métropolitaine, elle chante à Alger, Oran (où l'auteur
de ces lignes l'a entendue dans Gilda), Tunis, Genève, Baden-Baden, les Pays-bas, l'Italie, où elle
aborde la Marguerite de Faust, Lucia di Lammermoor, Roméo et Juliette et les trois héroïnes
des Contes d'Hoffmann (dont elle exigera par la suite, de chanter les trois rôles pour accepter de se
produire dans cet ouvrage). Parfois, cela tourne au marathon : « Une semaine, j’ai pu chanter, grâce
aux hasards du calendrier, deux Manon à Genève, deux Contes d’Hoffmann à Strasbourg et
deux Lucie de Lammermoor à Rouen. D’autres fois, j’ai pu chanter, et sans fatigue, (pour pallier la
défaillance d’une artiste un dimanche en matinée) trois Mireille en un week-end et, de la même
manière, trois Manon (six tableaux – cinq costumes différents !) ». N'oublions pas pour comprendre
le poids de cette dernière précision que les chanteurs devaient fournir leurs propres tenues de scène
qu'ils transportaient d'un lieu à l'autre. Arrivant parfois très tard à destination, ils se voyaient obligés
de traîner leurs malles jusqu'à un hôtel plus ou moins proche de la gare où ils débarquaient. Mais
rien ne semble abattre notre héroïne qui précise : « Certaine semaine, j’ai joué Salle Favart Rosine
le vendredi, à Garnier Violetta le samedi et le lendemain, en matinée, Thaïs à Strasbourg. Ce rythme
est exaltant, il entretient et lubrifie la voix, quand elle est bien placée. La technique, c’est l’abolition
du hasard ! » Sans aucun doute, encore faut-il que cette maîtrise atteigne un niveau exceptionnel
pour que cordes vocales et santé n'en pâtissent pas.

Elle affirmait ne pas regretter d'avoir peu chanté à l'étranger : « Que ferais-je sur d’autres
continents ? Être la spécialiste de quatre ou cinq personnages ? Alors qu’ici la liste est presque
illimitée. Delmas, Fugère, et tant d’autres, ne se sont-ils pas fixés à Paris ? D’ailleurs je pense qu’à
de rares exceptions près (Endrèze, Bidù Sayào), qui sont venus travailler longtemps en France, on
ne peut réellement bien chanter que dans sa langue maternelle. Les plus grands : Stignani,
Pagliughi, Rosvaenge, Merli, Lemeshev, ne chantèrent que dans leur langue, et de ce fait ils
excellèrent toujours. Ils évitèrent maladresses et contresens. Latine, je pratique l’italien et
l’espagnol. On m’a proposé plusieurs fois de chanter, (et de parler !), des rôles en russe et en
allemand, j’ai refusé.»

Elle vouait une admiration sans bornes à Ninon Vallin, moins pour le professeur que pour l'artiste et
la femme, et appréciait Lotte Lehmann, Barrientos, Tetrazzini, Calvé, Boninsegna dont elle
partageait la même tecnique vocale.

Chez elle, le don naturel et l'acquis technique vont de pair. Sa voix est d'une longueur
exceptionnelle : aux notes suraiguës qu'elle émet sans perdre la puissance du souffle, il faut ajouter
son art des sons filés qui semblent ne devoir jamais cesser, comme sur la dernière syllabe de l'adieu
de Thaïs à Athanaël qui l'a conduite jusqu'au couvent où l'héroïne va expier sa vie de pécheresse et
qu'elle s'éloigne sur une promesse de retrouvailles : « Dans la maison du père, nous nous
retrouverons ! ». Tout cela, sans être dépourvue, comme bien des sopranos d'agilité, d'un registre
grave. Ainsi, elle était capable de mêler, dans le grand air de Rosine du Barbier de Rossini, la
version pour soprano léger et celle pour mezzo. Le charme particulier de sa voix tenait également
au miroitement d'un timbre qui ne trouvait sa véritable plénitude que dans l'espace et la
réverbération acoustique d'une salle d'opéra car, en studio, en cas d'une prise de son techniquement
médiocre, la voix pouvait paraître trémulante. Ajoutons à ces qualités, une articulation parfaitement
claire qui rendait le texte chanté totalement compréhensible sur toute la tessiture de la voix.

Intransigeante avec elle-même, Renée Doria décida seule de mettre fin à sa carrière sur scène, alors
qu'elle aurait pu adapter son répertoire à son évolution vocale : « Quand vous ne pouvez plus faire
les choses comme vous voulez, il vaut mieux arrêter. Ça n’est pas rigolo de se lever le matin et de se
dire : Allez, c’est parti pour trois quarts d’heure de vocalises. En travaillant l’air de Thaïs, je faisais
d’abord le si, puis le contre-ré, et enfin le contre-fa : vers 1981, un matin, le contre-fa n’est pas
sorti, donc c’était fini ! ». Elle précise : « Je n’ai pas fait d’adieux parce que je trouve ça stupide.
La dernière chose que j’ai chanté, c’était Suzanne dans Les Noces de Figaro, à Limoges. »

Elle se consacre alors à l'enseignement, au Conservatoire, mais refuse les master class dans
lesquelles elle voit plus d'exhibition que d'efficacité. Ajoutons, avec le tempérament que l'on devine
à travers la verdeur de ses propos, qu'elle ne se contentait pas d'éblouir le public par ses seules
qualités vocales : elle se voulait aussi actrice. À cette époque, ce n'était pas toujours le souci majeur
de tous les artistes lyriques, d'autant plus que les metteurs en scène n'étaient pas encore devenus
plus importants que le chef d'orchestre.

Ses enregistrements, nombreux pour l'époque, ont été reportés sur CD et, pour l'essentiel, repris
aujourd'hui sous l'étiquette Malibran, collection fondée par Guy Dumazert (1922 – 2004), l'époux
de Renée Doria. Cependant, c'est Naxos qui a réédité, en 2002, l'intégrale des Contes d'Hoffmann
(Doria y chante Olympia), parue chez Pathé en 1948, dirigée par André Cluytens, avec le Canadien
Raoul Jobin, l'inattendu Bourvil et le vétéran André Pernet.

Un Barbier de Séville, paru chez Vogue en 1955, chanté dans la version française - qui diffère
parfois de l'original italien -, a été repris chez Malibran. Le Comte Ory (avec Michel Sénéchal,
Robert Massard, Xavier Depraz), sous l'étiquette Bourg, reste difficile à trouver. Doria a enregistré
avec Alain Vanzo, Adrien Legros, Robert Massard, dirigés par Jésus Etcheverry, dans les années 50,
des extraits, et quelquefois des intégrales, de Manon, Faust, La Bohème, Rigoletto, Les Pêcheurs de
perles (dont on peut écouter une sélection sur le site internet de la « BnF Collection sonore », dans
un son excellent, ainsi que l'intégrale des Noces de Jeannette), Le Pré aux clercs. Malibran a
réédité, sous formes d'extraits ou de compilations, des duos de Renée Doria avec Alain Vanzo.

On retiendra, avant tout, les intégrales stéréophoniques de Mireille et de Thaïs, sorties au début des
années 60, toujours avec le même chef Etcheverry, le même baryton, Massard. Elle fait preuve
d'une remarquable maîtrise technique, tout en traduisant, avec émotion, l'évolution tragique de ces
deux héroïnes. Autre enregistrement intégral important, celui de la Sapho de Massenet, une
première mondiale qu'elle enregistre en 1978, à l'âge de 57 ans, avec une voix intacte.

Elle n'a pas pour autant négligé l'opérette (Les Mousquetaires au couvent, La Veuve joyeuse, La Vie
parisienne, Le Pays du Sourire (avec Tony Poncet), La Chauve-Souris, Le Baron Tzigane. S'y
ajoute, en 1980, un programme d’opéras-comiques français. Moins connus sont ses enregistrements,
en 1993, de nombreuses mélodies de Reynaldo Hann, Poulenc, Debussy, qui achèvent le portrait de
la musicienne qu'elle était. Ajoutons qu'elle aura chanté sur scène avec les plus grands interprètes de
son temps : outre Vanzo, Crespin, Gedda, Schipa ou Gigli.

Il est temps de redécouvrir l'art du chant français selon Renée Doria.
Danielle Pister,
Vice-Présidente du Cercle Lyrique de Metz